Non classé

Dune Esterel : « un je-ne-sais-quoi d’envoûtant »

Vous désirez passer l’été en France ? Laissez vous séduire par le centre Dune Esterel et sa superbe réserve du Cap Roux.

« L’Esterel est bien plus qu’un massif volcanique : c’est un balcon de roches rouges surplombant le terrain de jeu de plongeurs.

Entre Saint-Raphaël et Cannes, lorsque l’on traverse par la corniche ou par le chemin de fer le massif du l’Esterel, le voyageur tombe sous le charme d’un paysage inhabituel, très coloré et contrasté d’où on aperçoit parfois la Corse, ce morceau de terre qui s’est détaché de cette partie de la côte il y a longtemps et qui conserve avec elle comme point commun cette roche rouge et… un je-ne-sais-quoi d’envoûtant! » décrit Arnaud Guillaudin, responsable Dune Esterel, qui ne manque pas d’inspiration lorsqu’il est question de décrire son environnement de travail.

 

La côte rouge de Théoule

« Et devant ces coulisses, notre scène, notre jardin : la réserve maritime du Cap Roux qui est aujourd’hui une vitrine presque exhaustive de la faune et flore de Méditerranée. Un régal pour les groupes que nous pouvons d’ailleurs loger chez nos partenaires à Mandelieu ou à Théoule, en résidence de vacances ou en appartements ».

A quoi les plongeurs peuvent-ils s’attendre dans ce petit coin de paradis ?

« On m’avait dit que dans cette réserve, les poissons étaient plus calmes, plus gros, plus nombreux. On m’avait dit que dans cette réserve, les gorgones n’étaient pas abîmées par les ancres. On m’avait dit encore des choses mais un plongeur ne parle pas. Sous l’eau, il regarde et contemple dans le silence du grand bleu. Et quelles gorgones ici !! Des roches entièrement recouvertes de gorgones violettes, certaines grandes comme un plongeur, d’autres comme une main et d’un violet plus intense qui montre leur forte croissance. Dans ce paysage tout droit sorti d’un film de Tim Burton, les corbs, mérous, chapons et langoustes ont leur abonnement permanent et n’ont plus aucune peur de l’homme. Plus rare mais fréquent, des dauphins qui jouent avec le bateau au Nord du port ou un Mola-Mola en surface qui a décidé de se réchauffer un peu ».

Parmi ces merveilles, Arnaud élit son spot préféré : « Le Trou du Diable, un tunnel peu profond dans la roche au bout duquel j’ai vu les yeux d’un gamin en baptême pétiller de joie ».

Barracudas et plongeurs à droite | Murène à gauche dans les eaux d'Estérel

« J’ai vu les yeux d’un gamin en baptême pétiller de joie »

L’équipe de Dune Esterel, composée de quatre passionnés, accueille les plongeurs :

Vetea un jeune Tahitien ultra serviable avec le sourire au beau fixe qui cache une connaissance de la mer digne des pêcheurs de perles, Mathilde une étudiante océanographe très calée en biologie sous-marine, Michaël un jeune papa prof de physique… et moi, Arnaud.

Bref, une équipe de jeunes moniteurs diplômés d’État passionnés par le monde sous-marin et motivés par sa préservation au travers de démarches écologiques et par le partage de ce qui incarne pour eux la première merveille du monde ».

A quoi s’attendre cet été chez Dune Esterel ?

Tout l’été ce quatuor organisera des initiations, formations et explorations sous-marines ainsi que des sorties snorkeling, « et même cette année des balades en bateau avec randonnée palmée libre à bord du Cyana-Bora, notre bateau de 11m tout confort équipé de douches chaudes.

Cette année, nous proposons également une formule unique pour les familles : une journée à la carte, avec 3 sorties snorkeling, 3 baptêmes, 1 équipement de snorkeling par personne (de 3 à 5) et 1h de kayak/ paddle, le tout à se partager entre vous pour une journée farniente ». De retour sur la terre ferme, les amateurs de bronzette pourront se prélasser sur une plage intime et méconnue située derrière le centre. Centre d’ailleurs impeccablement équipé pour accueillir le public dans le plus grand confort : places de parking, vestiaires…

Côtes d'Estérel